Secteur bancaire d’Afrique noire francophone: Le Gabon, quatrième acteur

Avec
un total bilan cumulé de 9,554 milliards de dollars soit un peu plus de 5691, 8
milliards de FCFA, sept banques gabonaises figurent parmi les 42
établissements les plus performants de la zone Afrique centrale. Le
secteur bancaire gabonais doit cette performance au leader du marché BGFIBank.
 

Le
Gabon a classé pas moins de sept (7) établissements parmi les 42
établissements les plus performants du secteur en Afrique centrale par le
magazine Jeune Afrique, et confirme la bonne tenue de son secteur
bancaire. En chiffres, ces sept établissements cumulent la bagatelle de 9,554
milliards de dollars d’actifs soit un peu plus de 5691, 8 milliards de FCFA.

En
tete de liste, le groupe BGFIBank, solide leader du marché Afrique centrale et
donc du marché gabonais, a une fois de plus
réussi à classer deux de ses établissements parmi  les
plus performants du continent, puisque BGFI Holding Corp et BGFIBank Gabon
respectivement 51ème et 125ème et dans le top 200 occupent les deux premiers
rangs en Afrique centrale. 

L’Union
gabonaise de banque filiale d’Attijariwafa Bank a connu en 2018 la montée la
plus rapide, et est numéro 2 du secteur au Gabon. C’est le signe que le marché
gabonais se porte bien. De plus, le fait que les six filiales de BGFIBank
cumulent des actifs cumulés de 4,7 milliards de dollars soit 2798,8 milliards
de FCFA et un PNB de 357 millions de dollars (212,6 milliards de FCFA), quand
les 7 filiales du groupe Ecobank comptent quasiment la moitié en
termes d’actifs et de PNB, soulignent l’impact du secteur gabonais, porté
par son leader.

Le Gabon est tout simplement le quatrième marché d’Afrique noire francophone derrière le Togo, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Le pays du bord de mer est le premier marché d’Afrique centrale, loin devant le Cameroun dont les huit premières banques cumulent un peu plus de 7,634 milliards de dollars ou encore la RD Congo dont les dix premiers établissements cumulent plus de 5,235 milliards de dollars.

Comments

commentaires