Santé : La dengue et la fièvre jaune désormais hors de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire est tirée d’affaire. Le ministère de la Santé a rendu publique la situation du pays en matière d’épidémie de la dengue et de la fièvre jaune. L’annonce est tombée lors de conférence de presse donnée par Pr Bénié Bi Vroh Joseph, directeur de l’Institut national d’hygiène publique le jeudi 14 novembre 2019 au sein de sa structure.

La salle de conférence du Centre d’opérations d’urgence (Cou) à l’Inhp a accueilli une rencontre avec la presse qui augurait une bonne nouvelle. Après six mois de lutte contre cette double épidémie (Dengue et Fièvre jaune), l’Etat ivoirien, par des efforts conjugués, est venu à bout de ce fléau.

« Au nom de Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, nous déclarons, ce 14 novembre 2019, la fin des épisodes épidémiques conjoints de dengue et de fièvre jaune dans le district autonome d’Abidjan. » a déclaré Pr Bénié Bi Vroh qui a préalablement fait savoir les raisons d’une telle affirmation. « Au 15 septembre 2019, nous avons dénombré au terme de 6 mois de mise en œuvre de mesures de lutte, 210 cas de fièvre jaune et 289 cas de dengue avec 2 décès. Du 15 septembre au 10 novembre 2019, sois 8 semaines de surveillance, aucun cas confirmé de ces deux maladies n’a été signalé. Il est à noter que la norme en la matière, recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (Oms), est de 3 semaines de surveillance sans aucun cas » a-t-il soutenu. Des cas de dengue ont été signalés à l’intérieur du pays dans des villes comme Man mais ce sont des cas isolés.

Par ailleurs, le Professeur insiste sur un fait. « Déclarer la fin de l’épidémie ne veut pas dire de laisser tout tomber. Il faut que les populations gardent les bonnes pratiques » a-t-il souligné. Ces bonnes pratiques d’hygiène sont : vider les retenues d’eau après chaque pluie ; assécher les flaques d’eaux ; bien fermer les récipients de stockage d’eau ; se débarrasser des objets usagers qui favorisent la présence et la reproduction de moustique (casserole, canaris, vieux pneus et autres) ; changer tous les deux jours l’eau des pots de fleur ; désherber aux alentours des maisons ; mettre des grilles anti-moustiques aux portes et aux fenêtres des maisons et dormir, de jour comme de nuit, sous moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action.

Le directeur met un point d’honneur sur le respect des règles d’hygiène parce qu’« il existe un vaccin (contre la dengue) qui a des effets secondaires mais la Côte d’Ivoire n’en dispose pas ».

Rappelons que les zones qui ont été les plus touchées par cette double épidémie sont, avec la commune de Cocody en tête, Bingerville et Abobo.

Alain B. Zadi (Stg)