Côte d’Ivoire: opération “Un million d’arbres” pour lutter contre la déforestation

Côte d'Ivoire: opération

L’ancien footballeur ivoirien Didier Drogba à Chypre en mars 2019Matthieu CLAVEL

La Côte d’Ivoire, avec le footballeur vedette Didier Drogba, a lancé vendredi à Abidjan une grande opération de plantation d’arbres pour lutter contre la déforestation, baptisée “Un jour, un million d’arbres”.

L’opération veut alerter contre la déforestation qui a fait perdre au pays la quasi-totalité de ses forêts en une cinquantaine d’années.

Elle “est une première étape, le début de la reconquête”, a déclaré le ministre ivoirien des Eaux et forêts, Alain Richard Donwahi. Elle “vise à recouvrer au moins 30% du territoire national d’ici 2030”.

Dans le cadre de la cérémonie de lancement de l’opération, des arbres ont été plantés dans le quartier de Koumassi à Abidjan. D’autres ont été plantés simultanément dans le reste du pays.

“Les chiffres (de la destruction) sont effarants. Je suis fier de contribuer à la reforestation de la Côte d’Ivoire par la sensibilisation”, s’est réjoui Didier Drogba, saluant une “initiative noble”.

“Mondialement on lutte contre la déforestation: c’est reboiser, garder la forêt intacte, sauver la planète” et le consommateur européen est plus désireux qu’auparavant d’acheter “des produits qui ne contribuent pas à la déforestation, contrairement à la culture du cacao”, a rappelé l’ambassadeur de l’UE en Côte d’Ivoire, Jobst von Kirchmann.

La Côte d’Ivoire va organiser en janvier 2020 une table ronde avec pour objectif de freiner une déforestation qui menace la stabilité climatique de la région.

L’objectif de cette table ronde est de mobiliser 616 milliards de FCFA (près d’un milliard d’euros) pour financer sur la période 2020-2030 la nouvelle stratégie forestière en Côte d’Ivoire, adoptée en février.

La nouvelle politique forestière ivoirienne destinée à recouvrer “six millions d’hectares en 2030 et huit en 2045” englobe la réhabilitation, le reboisement et l’agroforesterie pour utiliser moins de terre.

Outre les bailleurs de fonds internationaux, les industries chocolatières seront parties prenantes de ce programme.

Premier producteur mondial de cacao avec 40% du marché, la Côte d’Ivoire, qui comptait 16 millions d’hectares de forêts dans les années 1960, a vu leur superficie fondre à deux millions d’hectares, selon les chiffres officiels, à cause principalement du développement des plantations de cacao.

La déforestation liée à la culture du cacao pour l’industrie du chocolat se poursuit “sans relâche” en Côte d’Ivoire et au Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, avait dénoncé l’ONG Mighty Earth dans un rapport publié en 2018.