Subscribe

Don't miss any update with Africazine.

― Advertisement ―

spot_img
HomeNewsAfrique du Sud: le Pib devrait croître de 0,8% en 2023 (Ministre)

Afrique du Sud: le Pib devrait croître de 0,8% en 2023 (Ministre)

Le ministre des Finances a fait cette prévision devant les parlementaires. 

Selon le ministre sud-africain des Finances, Enoch Godongwana, le produit intérieur brut (PIB) du pays augmentera de 0,8% en 2023, avant de rebondir à une moyenne de 1,4% entre 2024 et 2026.

« C’est 0,1 point de pourcentage de moins que la projection de croissance au moment de la déclaration budgétaire de 2023 », a expliqué le ministre, ajoutant que ce faible taux de croissance n’était pas suffisant pour atteindre les niveaux de développement souhaités par le pays.

M. Godongwana a tenu ces propos lors de la présentation de sa déclaration de politique budgétaire à moyen terme pour 2023 devant le Parlement au Cap, mercredi.

Selon lui, les prévisions de croissance mondiale ont également été revues à la baisse, passant de 3,5% en 2022 à 3% en 2023.

Les perspectives de croissance plus faibles pour la Chine, le plus grand partenaire commercial de l’Afrique du Sud, et la baisse des prix des matières premières sur les marchés mondiaux n’ont pas facilité les choses, a-t-il déclaré.

En outre, la crainte que les taux d’intérêt américains restent élevés plus longtemps signifie que l’environnement économique mondial est moins favorable aux perspectives de croissance de l’Afrique du Sud, a déclaré M. Godongwana.

Le ministre a expliqué que depuis février, les risques pesant sur l’économie sud-africaine – notamment la baisse des prix des matières premières, l’augmentation de l’inflation et l’affaiblissement de la monnaie locale – s’étaient matérialisés pour affaiblir l’économie, ce qui s’est traduit par un affaiblissement significatif des finances publiques.

Cela a conduit à une augmentation du déficit budgétaire principal de 2,9 milliards de dollars par rapport aux estimations du budget 2023, a-t-il déclaré, notant que cela reflétait une performance plus faible des recettes, des coûts de la masse salariale plus élevés et des coûts du service de la dette plus élevés.

Les principales raisons sont une forte baisse de l’impôt sur le revenu des sociétés, en particulier dans le secteur minier – le plus grand pourvoyeur de devises du pays – bien que la collecte de l’impôt sur le revenu des personnes physiques ait été meilleure par rapport aux prévisions, a-t-il ajouté.

NM/jn/fss/ac/APA