Zimbabwe : le gouvernement signe un accord avec le suisse Novartis pour faciliter l’accès à moindre coût aux produits pharmaceutiques

0

(Agence Ecofin) – Le gouvernement zimbabwéen a signé un protocole d’accord avec le géant suisse de l’industrie pharmaceutique Novartis, pour faciliter l’accès aux produits pharmaceutiques à moindre coût. C’est ce que rapporte le quotidien The Herald, citant le docteur Obadiah Moyo, ministre de la Santé du pays.

Le nouvel accord établit un cadre qui devrait faciliter l’approvisionnement de la population zimbabwéenne en médicament de qualité, mais à des prix abordables.

L’objectif affiché du gouvernement est de lutter contre la tendance à la hausse des maladies non transmissibles comme le diabète, l’hypertension et divers cancers, dont la prévalence affecte un certain nombre de communautés.

Fin 2018, la Pharmaceutical Society of Zimbabwe (PSZ), institution représentant tous les acteurs du secteur pharmaceutique zimbabwéen, indiquait que la majorité des grossistes pharmaceutiques avaient dû cesser leurs activités après avoir échoué à reconstituer leurs stocks en raison de pénuries de devises.

Ceci avait paralysé les importations de médicaments essentiels et de produits de première nécessité, qui représentent entre 70 et 90 % des besoins du pays, exposant ainsi des millions de malades à une crise sanitaire.     

« La question de l’accès aux médicaments est une question cruciale pour les pays africains et pour le Zimbabwe qui est aux prises avec des pénuries et des coûts élevés de médicaments », a indiqué le ministre Moyo. 

Et d’ajouter : « Cela [le nouvel accord, ndlr] améliorera l’accès aux médicaments à des frais minimes ».

Pour rappel, le groupe Novartis est l’un des dix géants de l’industrie pharmaceutique mondiale, classé premier groupe pharmaceutique au monde en matière de chiffre d’affaires en 2012.

Moutiou Adjibi Nourou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.