Pagne made in Burkina : le Faso dan fani brille de mille feux à Paris

0

Le pagne Faso dan fani était à l’honneur à Paris, la capitale française, le samedi  1er juin 2019 à l’occasion de la 5e édition de la «Nuit du Faso dan fani». Cette initiative de l’Association des Créateurs burkinabè de France (ACBF), avait le Mali comme pays invité d’honneur.

A force de persévérance, l’Association des Créateurs burkinabè de France (ACBF) est parvenue, à faire de la «Nuit du Faso dan fani»,  un événement culturel majeur des Burkinabè de France. Et pour la 5e fois, le président de l’ACBF, Georges Pascal Kaboré et son staff ont mis les bouchées doubles, afin de convier les Burkinabè vivant en Hexagone et leurs amis à venir magnifier le savoir-faire des tisserands burkinabè. C’était à l’Espace Noicy le Sec, rue de Torcy, le 1er juin 2019. Mais avant cette soirée, l’occasion a été donnée dans la matinée, de contempler les différents motifs et modèles du Faso dan fani au cours d’une exposition à l’ambassade. Et c’est pendant que l’exposition battait son plein que le bruit a couru que le parrain, le P-DG de EBOMAF, Mahamoudou Bonkoungou, pour raison de calendrier, sera représenté par son fils Aziz Bonkoungou. Pendant qu’on annonçait l’absence d’une figure de proue, il se susurrait la présence de l’épouse du chef de l’Etat, Sika Kaboré. De même, sur toutes les lèvres, il se murmurait que l’invitée spéciale de la 5e édition, l’ambassadrice de bonne volonté, Hinna Zoromé a, semble-t-il, convié, elle aussi, ses amis qui se trouvent être des sommités et hommes politiques du pays des Hommes intègres: Me Gilbert Noël Ouédraogo et Eddie Komboïgo. Le suspens était donc entier et dame rumeur a fait le reste de la mobilisation.

Bain de foule

Le soir arriva. Et on était à 21 h, heure de Paris, quand le Maître de cérémonie (MC), Alino Faso, demanda aux convives, de bien vouloir se lever pour accueillir le ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango, accompagné de l’ambassadeur  Alain Francis Ilboudo. Quelque quinze minutes après, la salle du côté des officiels se mit en mouvement: une autorité devrait certainement faire son arrivée. C’est alors que le MC fait savoir la présence effective de l’épouse du chef de l’État. Bain de foule, accolades par-ci par-là, et elle rejoignit la tribune officielle.  La soirée pouvait donc commencer.

Acte 1, Tall Mountaga et son orchestre se chargent de jouer un de ces sons du terroir pour véritablement permettre aux convives de bien s’installer et surtout d’avoir l’esprit au Faso. Cette mise en train terminée, place à une série d’interventions. D’abord, le mot de bienvenue du président de l’ACBF, Georges Kaboré. Il a profité remercier les autorités grâce à qui «nous pouvons être fiers de brandir maintenant 5 éditions de la Nuit du Faso dan fani». Après M. Kaboré, ce fut le tour de l’ambassadeur du Burkina à Paris, Alain Francis Ilboudo, de prendre la parole. Dans son intervention, il a salué l’ACBF qui, selon lui, «fait œuvre utile en s’investissant dans la promotion du pagne tissé au Faso». A son tour, le ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango, tout en félicitant les organisateurs, a indiqué que le Faso dan fani est en passe de devenir une identité pour les Burkinabè. C’est pourquoi, selon Hinna Zoromé, ambassadrice de bonne volonté qui vit à New Jersey (USA), chaque Burkinabè partout là où il est,  doit être un ambassadeur pour le label Faso dan fani.

Selon l’ambassadeur du Mali à Paris, Toumani Djimé Diallo, cet appel de madame Zoromé est opportun d’autant plus qu’«en plus de forcer respect et considération, le pagne tissé au Burkina, représente le symbole de la combativité du peuple burkinabè». Après les discours, et pendant que ça mangeait et buvait du local (mets burkinabè), on a tourné de cadence en invitant les stylistes à faire vivre et revivre ce qu’il y a de plus beau et de plus merveilleux à base du pagne made in Burkina. Tour à tour, et avec la manière, GX226, Habsatou Dicko, Prince Dessuti, Many Sor et Sorobis ont, à travers leurs mannequins, forcé des applaudissements des convives. C’est après le défilé, que la musique s’est invitée dans la salle avec Bibata Nana, Cisby et autres artistes. Cris de joie et tonnerre d’applaudissements. A dire vrai,  l’ambiance était bon enfant. Et quand l’animateur de la soirée, DJ Waguess annonça que c’est parti pour le bal après les prestations d’artistes, c’était le comble. A noter que des attestations de reconnaissance et des trophées ont été décernés à des personnalités et autres invités pour leur contribution au succès de l’évènement.

Konwoman Rufin PARE,
de retour de Paris.
lawabien@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.