Mor Diagne affirme que les accidents professionnels ont diminué de 50% au Sénégal

0

Le Sénégal a fait des progrès considérables dans la lutte contre les accidents professionnels. C’est ce que confirmé Mor Diagne, responsable à la Caisse de sécurité sociale (CSS), qui a fait état jeudi 18 avril 2019 à Kaolack (centre) d’une diminution de moitié du nombre d’accidents professionnels au Sénégal dont la fréquence annuelle est passée dernièrement de 3 000 à 1 500.

« La fréquence des accidents du travail est passée de 3000 à 1500 par an au Sénégal. Il faut toujours œuvrer dans le sens de diminuer les catastrophes par la prévention », a-t-il déclaré à des journalistes.

M. Diagne, membre de la Direction de la prévention des risques professionnels de la CSS intervenait en marge d’une rencontre consacrée à cette problématique, à l’initiative du comité technique de sécurité de la Caisse de sécurité sociale.

« La CSS souhaiterait affecter les sommes dépensées pour indemniser les victimes d’accidents de travail aux allocations familiales, un autre domaine qui relève de ses compétences », a ainsi expliqué Diagne.

Selon lui, le secteur agro-alimentaire enregistre le plus fort taux d’accidents de travail. « Cela ne veut pas dire que ce sont les plus dangereux. L’explication vient du fait de l’existence dans ce secteur agricole d’une entreprise employant plus de 6000 agents pendant la moitié de l’année », s’est-il empressé d’ajouter.

Il a par ailleurs invité les différents acteurs à œuvrer dans le sens de la prévention par une adaptation continuelle des entreprises aux changements qui interviennent dans leur secteur d’activités.

« Lors de nos visites de protection civile dans les entreprises agro-alimentaires, nous constatons parfois la présence de travailleurs sans casques ou masques de protection », a de son côté souligné Boucar Moundor Ngom, adjoint du gouverneur de Kaolack en charge des affaires administratives.

Il a, à cet égard, souligné la nécessité d’accroître la protection des travailleurs pour renforcer leur sécurité et les prémunir d’éventuels accidents professionnels.

« L’absence de mesures sécuritaires peut nuire jusqu’au consommateur, destinataire final des produits n’ayant pas fait souvent l’objet d’assez d’attention de la part des entreprises agro-alimentaires », a déploré Ngom.

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.