Les médias sociaux sont toujours interdits au Tchad

0

Depuis le 28 mars 2018, les médias sociaux tels que Facebook, Tweeter, Watthsapp etc. demeurent inaccessibles au Tchad.

Malgré de nombreuses actions des organisations de défense des droits humains, tant nationales qu’internationales, pour exiger la levée de cette censure, cela fait douze mois que les Tchadiens n’ont toujours pas accès aux réseaux sociaux. 

Les internautes sont donc contraints de recourir à d’autres solutions en utilisant des adresses IP étrangères pour contourner la censure. 

“Qu’importe les mesures qui sont prises, tant qu’on a un accès à internet on peut les déverrouiller à travers des applications telles que les VPN, donc aujourd’hui la plupart des utilisateurs ont compris. Ils arrivent à contourner la censure en utilisant des applications VPN.

Mais cela a un coût, parce que déjà le fait de transiter par d’autres serveurs à l’extérieur avant d’atteindre la destination finale fait que la connexion n’est pas fluide comme avant.

On met plus de temps à télécharger, donc plus de temps à consommer de la bande passante. Donc ça impacte par exemple le budget internet mensuel des personnes”, explique Salim Azim Assani, entrepreneur des Technologies de l’information et de la communication. 

D’autres internautes, en revanche, contournent la censure en se connectant sur les réseaux camerounais.

“C’est interdit mais lorsque je n’arrive pas à me connecter librement sur les réseaux sociaux dans mon pays et qu’à côté j’ai un accès libre, je n’ai pas le choix. Depuis qu’on n’a plus accès aux réseaux sociaux au Tchad, je me connecte beaucoup plus sur les réseaux MTN et ORANGE du Cameroun.

Il suffit d’aller aux quartiers Walia ou Sabangali, proches de la frontière Camerounaise, pour avoir la connexion garce à une Sim MTN ou Orange.

Non seulement la connexion internet du Cameroun est fluide, mais elle est dix fois moins chère que la connexion internet du Tchad donc je ne me casse pas la tête.

C’est un manque à gagner pour notre économie, mais tant pis”, raconte l’étudiant Emmanuel Madjadoum qui dit n’avoir aucun autre choix. 

N’Djamena se défend

Lors d’une rencontre de mercredi (27.03.19) avec les journalistes à la Maison des médias du Tchad, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement tchadien, Oumar Yaya, a indiqué qu’il s’agit d’une mesure conservatoire et non une censure des médias sociaux. 

Une décision prise par le gouvernement, selon lui, compte tenu de la situation sécuritaire au Tchad et dans les localités frontalières du pays. 

Oumar Yaya a tenu à rassurer les Tchadiens concernant la levée de cette mesure dès que la situation sécuritaire sera stable, sans donner plus de détail sur une date.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.