GABON/Atelier de validation de la politique nationale de développement de l’élevage

GABON/Atelier de validation de la politique nationale de développement de l’élevage

23 mars 2019

Partager

Les éleveurs, vétérinaires, producteurs d’aliments de bétails, administrations et autre acteurs se sont réunis ce vendredi 22mars pour débattre. L’atelier national de validation de la politique nationale de développement de l’élevage était au cœur des échanges. Objectif, réduire des importations de 50%, en créant 30000 emplois et en augmentant de 10% de la part du secteur dans la richesse nationale tel que prescrit dans le plan de relance économique, en améliorent la souveraineté alimentaire, et en tenant compte des spécificités de la zone CEMAC.




Il faut rechercher des voies et moyens permettant d’améliorer la contribution des filières de l’élevage à la sécurité et nutritionnelle. C’est dans cette optique qu’un atelier de validation de politique nationale s’est ouvert ce vendredi entre le ministère de l’Agriculture, l’Elevage en partenariat avec la FAO. Cet atelier permet de valider le nouveau document de politique de développement de l’élevage qui a fait l’objet d’un toilettage de la part de l’ensemble des membres de la plateforme de l’élevage Impliqué dans ses travaux.



Le coordonnateur du bureau sous régional FAO Afrique centrale Hélder Muteia a dit, ne ménager aucun effort afin de permettre au secteur de l’élevage du Gabon de contribuer de manière saine et durable à la croissance économique du pays. « Un appui à la promotion des petits élevages par un meilleur accès à l’aliment pour animaux au Gabon est déjà mis en œuvre  » dira-t-il. Ouvrant les travaux de cet atelier Biendi Maganga-Moussavou, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Alimentation a montré l’importance de baisser les importations en structurant les chaines de valeur de viande de porc et de volaille, envisageant la mise en place de projet en partenariat public-privé, relatif aux infrastructures d’abattage , de transformation et de conservation.

Justin BITEGHE