Côte d’Ivoire: 1658 milliards FCFA pour le financement de la Santé sur la période 2020-2023

0

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly procédera, jeudi, à l’installation de la Plateforme nationale de coordination du financement de la santé (PNCFS) d’un coût global de 1658 milliards FCFA, a annoncé, lundi, Pr Samba Mamadou, Directeur général de la Santé.

« Le coût total du dossier d’investissement est de 1658 milliards FCFA dont une contribution attendue de la part du Trésor du budget de l’Etat de 664,9 milliards FCFA. Les autres devant être supportés par les partenaires au développement, dont, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), la Banque mondiale, le Global Financing Facility (GFF), l’USAIDI (Agence des États-Unis pour le développement international)… », a précisé, Pr Samba Mamadou, dans un point-presse.

Il a expliqué que la PNCFS, instance multipartite créée par un arrêté du Premier ministre du 8 avril 2019, a pour missions, « d’établir des consensus sur les objectifs de dépenses nationales de santé, de favoriser l’harmonisation et l’alignement des financements internes et externes autour des objectifs et d’assurer le suivi de leurs réalisations pour la mise en œuvre des stratégies sectorielles de santé » telles que définies dans le Plan national de développement sanitaire (PNDS) et dans le Plan national de développement (PND).

Selon lui, la plateforme est mise en place dans un contexte de croissance économique soutenue autour de 8% et un PIB par habitant de 1553 dollars US qui fait de la Côte d’Ivoire un pays intermédiaire.

Ainsi, poursuit-il, le gouvernement a décidé de faire bénéficier les populations du fruit de la croissance par « deux initiatives importantes. » que sont « la mise en œuvre de la Couverture maladie universelle (CMU) qui sera lancée le 1er octobre 2019 et la mise en œuvre, également, du programme social du gouvernement ».

« Il s’agit à travers des mesures fortes de répondre aux attentes des populations en rendant les services sociaux plus perfectibles par les populations et d’accentuer la lutte contre la pauvreté et enfin d’améliorer l’impact social de l’action du gouvernement sur les populations, notamment, les plus vulnérables », a souligné le Directeur général de la Santé.

En matière de santé, il s’agit, notamment, du renforcement du programme de gratuité ciblée, de l’opérationnalisation progressive de la CMU. Le dossier de l’investissement national vient soutenir un ensemble d’intervention autour de la santé de la mère et de l’enfant, a ajouté Pr Samba.

Pour cela, sept domaines d’interventions prioritaires à savoir, la santé communautaire, la fonctionnalité et la qualité des soins de santé primaire, la chaîne d’approvisionnement, les ressources humaines en santé, l’information sanitaire, l’intégration du secteur privé sanitaire, et les réformes du financement du secteur de la santé ont été construits autour de quatre approches stratégiques.

L’installation des organes que sont le comité de pilotage et le secrétariat technique, la présentation des feuilles de mission des membres de la plateforme et l’adoption du calendrier de travail annuel constitueront, jeudi, les temps forts de l’installation de la PNCFS.

La PNCFS fait suite au dialogue national sur le financement de la Santé, organisé du 15 au 18 avril 2019 par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique et ses partenaires avec la participation de 800 experts nationaux et internationaux.

HS/ls

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.